Mon menu

samedi 7 mars 2015

Stage Coupe Couture mairie de Paris #2 : Modélisation



Les choses sérieuses commencent !

Je vous décris ici les étapes que l’on a suivi pour construire le patron.
  1. Pose du bolduc sur le mannequin
  2. Recopie du buste du base
  3. Modélisation de la robe sur papier
  4. Transfert sur toile pour vérification sur le mannequin
  5. Construction du patron


Pose de Bolducs :

Sans trop comprendre l’intérêt encore, nous suivons les explications écrites et orales pour poser le bolduc sur notre mannequin : 
1 mannequin pour 2, et on a quand même mis 3h !

En fait, le Bolduc servira pour bien positionner la toile sur le mannequin.

Il se pose 1 seule fois pour toute la durée de vie du mannequin. D’où l'importance de la pose particulière des épingles qui fait mal aux doigts.

Et pour l'anecdote, j'ai vu des épingles PARTOUT ! Jusque sur le trottoir et dans le fond des toilettes.









Recopie du buste de base

L’animatrice nous a ensuite fait gagner du temps en nous donnant un buste de base en rhodoïd à recopier sur notre papier. A la taille du mannequin.


Je suis contente d’avoir eu à Noël un livre qui explique comment faire un buste de base à ma taille.




Modélisation de la robe

A partir de cette base, on a fait les modifications indiquées dans notre support écrit.
Cette partie a duré 2 jours et demi pour moi, on allait chacun à son rythme.



1.       Construction devant, dos et col : en fait, on élargit le buste de base selon les explications.
On ajoute une croisure ( le surplus sur le milieu devant pour les boutons) avec un cours sur le placement des boutonnières





2.       Construction de la manche : technique très intéressante, je suis contente de savoir construire une manche à partir d'une emmanchure maintenant !







La toile

Son but est de valider la construction et corriger si besoin. 

On transfert la construction sur la toile (avec du papier carbone)
On découpe et coud la demi toile
Mais pour gagner du temps, on peut se contenter d'épingler, ce que j'ai fait !
Et là, enfin, on pose sur le mannequin, pour ajuster.
Et là, je suis passée au tableau !

(J'ai commandé ma toile sur le net et ce n'est pas du tout ce qu'il faut !)


On peut voir que j'ai fait une erreur sur la patte de boutonnage au niveau du col et le dos est aussi un peu trop haut.

Derrière, en cadeau, vous avez les marques de machines conseillées par la prof.






Le patron

C'est un partie simple mais peu passionante après ce qu'on a fait, car il s'agit encore de recopier le patron. Je n'aime pas la technique du poinçon, je n'y vois rien, donc j'ai profité que mon papier soit fin pour faire par transparence. 

Ensuite, on ajoute les marges de coutures et les différentes informations nécessaires.

J'ai apprécié la rigueur de la prof qui nous a appris à tracer SUR le trait et pas 1mm à côté ! Et à éviter le tracet à main levé. 
La règle japonaise et le perroquet sont devenus mes meilleurs copains en couture !






Arrivé à cette étape, il fallait faire un choix car il ne restait plus qu'un jour et demi :
Certains ont peaufiné leur toile,
d'autres ont fait le patron sans se presser car il n'est pas à leur taille,
et enfin, il y a celles qui comme moi décident de faire le patron ET la robe.

Je ne sais pas ce que je vais en faire car elle n'est pas à ma taille et je ne vois pas à qui l'offrir !
La prof m'avait déconseillée de l'élargir car ca faisait faire trop de modifications.


Pour l'anecdote, voici comme les élèves du Lycée font grossir les mannequins :





En parallèle, on a eu des études de pièces éxécutées par la prof: le biais de parementure de col, la fabrication du biais, l'ourlet rapporté, la pose du passepoil.


Bon, trop de choses à dire, donc la robe, ce sera la prochaine fois !

Pour patienter, voici la toile non finie de la prof qui donne un aperçu du résultat final.






1 commentaire:

  1. Super ce stage. Je t'envie. Ca doit être terriblement intéressant et enrichissant au niveau technique.

    RépondreSupprimer